Biographie

Nadège Abadie, née en 1988, est photographe et réalisatrice.
Après une hypokhâgne et une khâgne à Lakanal, elle obtient une licence de Philosophie à Paris I Panthéon- Sorbonne puis intègre l’ENS Louis-Lumière dont elle sort diplômée en 2012, major de sa promotion. Depuis elle travaille en tant que photographe pour la presse nationale et internationale.


En 2012, elle réalise le documentaire 32 boulevard de Magenta qui montré pour la première fois à la Galerie Temple à Paris puis projeté et primé dans plus d’une cinquantaine de festivals à l’international dont le Prix Europa à Berlin, le festival international du court-métrage de Clermont-Ferrand, le Molodist à Kiev, etc.


En 2013, elle fait partie des huit lauréats de la résidence des Rencontres de la Jeune Photographie Internationale au Centre d’Art Contemporain Photographique de Niort Villa Pérochon où elle commence à travailler sur les jeunes qui s’engagent dans l’armée. Elle rejoint en novembre 2014 la mission photographique La France vue d’ici, menée par Mediapart et ImageSingulières, au sein de laquelle elle travaille sur trois formes d’engagement et de choix de vie chez les jeunes : ceux qui entrent dans les ordres, ceux qui rejoignent l’armée de terre et ceux qui s’installent en tant que paysans. Ce projet est également lauréat de la Bourse Déclics Jeunes de la Fondation de France en 2014 et fait partie d’un ouvrage collectif publié aux Éditions La Martinière.


En 2016, elle intègre l’agence Signatures et continue de développer des projets qui allient photographies, sons, vidéos et textes, s’attachant à raconter des vies, des parcours, des trajectoires humaines. Ses photographies sont exposées au festival ImageSingulières à Sète, au Pilori à Niort, à la galerie C-FAL à Genève, à l’Atelier à Nantes, aux Promenades Photographiques de Vendôme, à la Galerie Temple et à la Maison des Métallos à Paris. Cette même année, elle entame une collaboration avec l’auteure Marina Skalova autour du projet interdisciplinaire Silences d’exils publié aux Éditions d’en bas, Lausanne, à l’automne 2020.


En 2017, elle réalise son premier documentaire, Le Point de rosée, coproduit par De Films en Aiguille et France Télévisions, qui fait s’entrecroiser les choix d’Océane future militaire, de Marco séminariste, de Claire et Antoine jeunes paysans. Ce documentaire a reçu le prix du meilleur scénario au 7e Festival Filmer le Travail à Poitiers.


En 2018, elle entame son nouveau projet photographique Il suffira d’une crise, soutenu par Leica et lauréat du Fond Régional pour les Talents Émergents Ile-de-France – FoRTE. Ses prochains documentaires, Il se pose là une question d’espoir et Il suffira d’une crise sont en développement, produits par TS Productions et Marianne Productions.


Elle est également intervenante en Écritures audiovisuelles à l’ENS Louis-Lumière depuis 2014.



Nadège Abadie, born in 1988, is a photographer and documentary director
After a hypokhagne and a khagne at Lakanal, she obtained a degree in Philosophy at Paris I Panthéon-Sorbonne then joined the ENS Louis-Lumière which she graduated in 2012, major of its promotion. Since then, she has worked as a photographer for the national and international press.


In 2012, she directed « 32 Boulevard de Magenta », a documentary-photographic film about an 80-year-old hairdresser. Her film is shown for the first time at the Temple Gallery in Paris and then screened and awarded in more than fifty international festivals including the Europa Prize in Berlin, the international short film festival in Clermont-Ferrand, the Molodist in Kiev, etc.


In 2013, she was one of the eight winners of the Rencontres de la Jeune Photographie International at the Niort Villa Pérochon Center for Contemporary Art Photography, where she began working on young people who join the army. She joined in November 2014 the photographic mission « La France vue d’ici », led by Mediapart and ImageSingulières, in which she works on three forms of engagement and choice of life among young people: those who enter the orders, those who join the army and those who settle as peasants. This project is also laureate of the Bourse Déclics Jeunes de la Fondation de France in 2014 and is part of a collective work published by Éditions La Martinière.


In 2016, she joined the Signatures agency and continues to develop projects that combine photographs, sounds, videos and texts, focusing on telling lives, journeys, human trajectories. Her photographs are exhibited at the ImageSingulières festival in Sète, the Pilori in Niort, the C-FAL gallery in Geneva, the Atelier in Nantes, the Promenades Photographiques de Vendôme , the Temple Gallery and the Maison des Métallos in Paris. That same year, she began a collaboration with the author Marina Skalova around the interdisciplinary project Silences d’exils, published by Éditions d’en bas, Lausanne, in 2020.


In 2017, she made her first documentary, « The Dew Point », co-produced by De Films en Aiguille and France Télévisions, which brings together the choices of Océane future military, Marco seminarian, Claire and Antoine young peasants. This documentary received the Best Screenplay Award at the 7th Festival Filmer le Travail in Poitiers. His second documentary, « There arises a question of hope », being written, is winner of the SCAM award Brouillon d’un rêve documentaire.


In 2018, she starts her new photographic project « A crisis will be enough », supported by Leica, and awarded by the Regional Fund for Emerging Talents Ile-de-France – FoRTE. Her next documentaries « There arises a question of hope » and « A crisis will be enough » are in developement, produced by TS Productions and Marianne Productions.


She teaches Audiovisual storytelling at the National Film, Photography and Sound Engineering School, École Nationale Supérieure Louis-Lumière since 2014.